Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 12:57

http://ecx.images-amazon.com/images/I/61ykxi%2BB3-L._SY450_.jpg

 

Aujourd'hui, parlons un peu black metal.

Non, mon intention n'est pas du tout de surfer avec opportunisme sur l'actualité, encore moins de lançer un sujet polémique (la polémique n'ayant pour moi aucune légitimité, autrement dit : trolls éventuels, restez à la porte).

  Encore que...en ces temps où les amateurs de black metal sont plus que jamais sous les feux de la rampe médiatiques et plus que jamais susceptible d'être accablés de clichés et d'amalgames en tout genre, il peut ne pas être mauvais de revendiquer son goût pour cette subculture en montrant du même coup  qu'on a rien d'un beauf dégénéré et psychopathe (ce que quiconque farfouillera dans les archives de ce blog à l'origine plutôt livresque pourra vérifier...comment ça prétentieux ?).

  Mais bon, même si on peut tirer de ce billet l'interprétation qu'on veut, je n'ai aucune vélleité militante en le redigeant : j'avais en tête depuis un moment de ressusciter la balbutiante rubrique musique de ce blaugue, j'ai déjà quelques projets de chronique dans mes cartons, et comme je venais d'écouter le dernier Summoning et que je n'écris jamais si bien qu'à chaud, j'ai décidé d'en parler, comme ça, pouf.

 

    Pour présenter Summoning, il s'agit d'un des tout premier groupes de black metal autrichien, dont le premier album est paru en 1994, autant dire qu'ils sont arrivé au bon moment : le tout début de la "Seconde Vague" du black metal, quand la scène tire un trait sur les frasques de ses premiers meneurs que, chose pratique, je n'ai plus besoin de résumer au plus profane de mes concitoyens (de toute façon ça me gonflerait), se déploie avec de nouveaux groupes, sort des frontière de la Norvège et de l'obscurité et surtout, surtout, commence à devenir vachement intéressante musicalement : qu'il suffise, pour avoir un aperçu du sommet du panier, d'écouter n'importe lequel des quatre albums d'Emperor, peut-être ce que la scène a produit de meilleur depuis ses origines, qui dépasse même celle-ci pour se ranger dans la panthéon du metal progressif aux côté de Tool et d'Opeth. Quelque chose d'encore trop rare, car il faut bien reconnaitre que la scène stagne depuis une vingtaine d'année, la faute à un noyau de puriste plus influent que dans n'importe quelle autre scène et qui constitue hélas un important vivier d'acheteurs de disques comme de zicos en devenir (toi, tu va avoir des problèmes !).

  Summoning a une carrure modeste comparé à un groupe comme Emperor, mais il reste dans le haut du panier de la production black metal, et une référence majeure en matière de black metal ambiant, courant très riche potentiellement par sa fusion paradoxale de violence et de douceur planante (qui a mon sens trouve son aboutissement au-delà de ce courant proprement dit, dans la post-black-metal d'Agalloch) mais  qui, comme tout autre, subit son propre formatage. L'un des traits les plus caractéristiques et les plus populaires du groupe est de tourner la grande majorité de ses textes vers l'univers de Tolkien. Déjà, je comprendrais que certains aient un mouvement de recul, et fuient en courant si j'ajoute que les mélodies de Summoning, offrant la part belle aux synthé et aux samples reconstituant des ambiances médiévales, sont résolument tourné vers des ambiances "épiques". Oui, certes, la musique épique, comme de nombreuses BO de jeux vidéos et de blockbusters filmiques (Hans Zimmer, je te vois), c'est l'archétype de la soupe musicale qu'on peut servir aux geeks de bases, cible par ailleurs jamais loin de la scène métal, et quand en plus le groupe chante Tolkien...d'ailleurs, y a pas photo, la présentation-fleuve de l'album sur Spotify était clairement du gros racolage envers le geek moyen.

  Mais quand même, Summoning, c'est épique, mais avec subtilité, toujours soigné au niveau des mélodies et des sonorités, et jamais loin d'une certaine mélancolie un peu froide qui reste, il faut le dire, ce que la scène black peut nous procurer de meilleur comme ambiance. Comparez à Amon Amarth, autre attrape-geek potentiel dans la scène death mélo (que j'aime écouter de temps en temps pour me délasser les oreilles, mais qui ne m'a jamais transcendé non plus), ben y a pas photo.

  Et d'ailleurs, si j'en crois Wikipedouille, tous les textes y parlent même aps de Tolkien. Depuis le quatrième album Stronghold, Moorcock et, hors fantasy, le poète américain Robert Frost se serait joint à la fête. Na, et toc !

 

  Donc, le dernier bébé, Old Mornings Dawn...il convient de tout de suite préciser qu'il vient après une attente de sept ans, sept ans pendant lesquels le groupe a été en stand by, condition d'autant plus propice à l'oubli qu'à ma connaissance le groupe ne donne jamais de concerts, comme certains de leurs potes autrichiens dont les gothiques de Dargaard. Autant dire qu'on les attendait au tournant et que toutes les craintes étaient légitimes.

 Déjà, premier constat : pas de surprise à l'horizon, Summoning fait du Summoning, c'est de la recette bien rôdée et de l'auto-référentiel, voir de l'auto-plagiat. Qu'on se le dise, cela ne me dérange absolument pas : ce n'est pas le genre de groupe dont j'attend qu'il me surprenne par un virage à 180° comme Ulver

  Mais, quand même, je ne sais pas si c'est une impression influencée par mon a priori sur ce retour tardif, mais les craintes qu'on/je pouvais avoir me semblent un peu justifiées : après l'excellent Oath Bound d'il y a sept ans, ça sent un peu le coup de mou, que j'espère passager (en pensant malgré moi que pour le groupe de doom gothique Katatonia, ça fait deux albums que j'espère la même chose). C'est que l'album m'a semblé un peu plus monotone que ses prédécesseurs, les morceaux ont certes chacun leur empreinte, mais sont bâties sur le même modèle, avec le même genre de sonorité : cuivres, synthés cristallins, et des lignes d'instru métal sans grande imagination, quelques voix parlées qui sont la pattes de Summoning mais semble vraiment là pour la forme. Cependant, il y a quelques pépites de variété dans l'album : l'intro particulièrement roboratives avec ses voix chuchotés qui évoquent quelque chose de fantômatique, ses rugissements tout aussi intriguant, ses tambours et ses fifres, l'instrument à corde que je n'ai pas su reconnaitre (un luth ?) dans Flammifer, une sorte de cor au début de Caradhras, les choeurs discrets mais fort étranges dans Of Pale White Morns and Darkened Eve et surtout le dernier morceau, Earthshine, qui outre son intro dont le synthé évoque un piano, son finalement peu usité dans Summoning, m'a particulièrement surpris en ce que pour la première fois de l'histoire du groupe, la voix du chanteur (qui peut être indifféremment l'un des deux mermbres, Protector ou Silenius...le livret d'album tranchera peut-être pour moi) ressemblait davantage à un chant trash qu'à un chant black, m'évoquant irrésistiblement Bathory.

  Malgré ces louables trouvailles, l'impression persite d'un album un peu plus monotone et moins inspiré que les précédents.

  Et pourtant...et pourtant... si j'ai l'air sévère, c'est en vertu du proverbe "qui aime bien châtie bien", car je suis incapable d'éprouver de la déception à l'écoute de cet album, et ait bien envie de dire que malgré tout, ça fonctionne. Car ça reste agréable à écouter, et c'est beau, tout simplement. Et aussi parce que, il serait temps de l'avouer, je suis très loin d'être objectif : Summoning, c'est toute ma jeunesse, le groupe qui m'a fait immédiatement apprécier un style (le black metal) auquel aucun rudiment ne me préparait au sortir du lycée, dont l'album Let Mortal Heroes Sing Your Fame fut l'un des tous premiers album de métal que j'écoutais et le tout premier que j'achetais. Donc écouter Old Mornings Dawn, pour moi, c'est comme retrouver des potes d'adolescence (même tardive). Je ne ferais donc pas un bon prescripteur, mais je crois quand même pouvoir avancer à peu près objectivement que même en moyenne forme, Summoning reste bien au-delà de bien des groupes de black metal actuels, et dans le haut du panier de la production actuelle du métal en général.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Kalev - dans Musique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Kalev
  • Le blog de Kalev
  • : Chroniques de lectures, anciennes ou toutes récentes, avec quelques chroniques de films ici ou là.
  • Contact

Recherche

Liens