Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 00:06

  Allez, une dernière étape du périple mythologique pour ce soir. On aura fait le tour du monde de puis l'Australie, pour arriver à l'Afrique, et plus précisemment l'Afrique subsaharienne, autre domaine où je regrette la chicherie de ma bibliothéque.

 

http://www.decitre.fr/images/genere-miniature.aspx?ndispo=/gi/grande-image-non-disponible.jpg&img=/gi/01/9782266095501FS.gif&wmax=155&hmax=239&loupe=true 

Je vais commencer par une référence guére originale tant elle est incontournable : les contes d'Amadou Hampâté Bâ.

  J'avais déjà un peu décrébilisé l'étape Caucasienne en avouant que ma seule épopée arménienne était (et même est) encore dans ma pile de lecture, mais là ça va être beaucoup plus la honte : de mes trois recueils  pocket d'un des plus grand écrivain africain, un seul est descendu de ma pile.

  Il s'agit des Contes initiatiques peuls, recueils de deux contes assez long, et assez bien présentés pour s'imprégner de la civilisation dont Hampâté Bâ a adapté la tradition.

  Le premier, Njedo Dewal, mère de la calamité, est peut-être le plus grandiose aux yeux d'un lecteur occidental. Il narre l'histoire très complexe de Heli et Yoyo, mythique paradis perdu des peuls, de Njeddo Dewal, nemesis envoyé par Dieu pour punir ce peuples tombé dans le pêché, et du sauveur qui doit l'affronter, l'enfant miraculeux Bâgoumâwel (quelq'un a dit Kirikou dans le fond ?).

  En fait de conte, celui-ci est une véritable épopée, pleine de rebondissements à tiroir, d'exploit sépiques ou éclatent l'imagination du peuple peul. De quoi faire presque oublier au lecteur occidental inattentif qu'il s'agit d'un conte initiaque, semé de symboles ésotériques, et dont le pivot est le voyage semé de visions promises à être expliquée (c'est la définition même du voyage initiatique) et qui procéde à l'élection du pére de Bâgoumâwel.

  Le second conte, Kaïdara, est d'un tout autre genre, plus court et bien moins épique. L'aventure est personnelle, celle de trois compagnons en quête de la connaissance. Un seul sortira victorieux du voyage à travers le monde souterrain dont les visions doivent  être expliquée par le Dieu Kaïdara.

  Ce n'est pas mon genre de m'extasier béatement sur la sagesse des peuples tribaux et ce qu'elle est censée nous apporter. Je suis convaincu que la philosophie  d'une autre civilisation n'est pas faite pour parler à la nôtre, et que l'idée de retour au source tribal est aussi absurde que celle du peuple sans Histoire, dénoncée par Lévi-Strauss. Néanmoins, j'ai été assez frappé par l'enseignement de Kaïdara :  les symboles ésotériquesont à la fois une signification bonne et  une mauvaise, toujours liées à des valeurs communes. Ainsi le caméléon symbolise-t-il à la fois la nécessaire faculté d'adaptation, et le conformisme.  Voilà qui semble d'une modernité insolente  quand l'Eglise catholique a assez récemment rappelé la condamnation du relativisme !

 

http://www.decitre.fr/images/genere-miniature.aspx?ndispo=/gi/grande-image-non-disponible.jpg&img=/gi/58/9782738482358FS.gif&wmax=155&hmax=239&loupe=true 

En espérant ne pas avoir parlé trop séchement et surtout approximativement d'un recueil dont le souvenir est assez lointain, je passe des contes à un essai, un peu moins drôle à lire mais pas du tout  aride : Les Dogons, notions de personne et mythe de la création, de Germaine Dieterlen.

  On peut garder de l'amertume envers les éditions de l'Harmattan pour le litige judiciaire qui a pu les opposer à leurs auteurs, mais leur oeuvre de vulgarisation du savoir est immense : il s'agit d'un excellent compromis entre l'édition universitaire, pour ainsi dire inaccessible au grand public, et l'édition mainstream menacée par les dilettantes. En l'occurence, Germaine Dieterlen est l'une des grandes figures des études africanistes françaises, compilatrice par ailleurs du recueil Textes sacrés d'Afrique noire, préfacée par Amadou Hampâté Bâ, dans devinez-quelle-collection-de-Gallimard (et qui comportent des textes Dogons, ce qui m'a permis de compléter la lecture de l'essai même si le recueil est encore officiellement dans ma pile de lecture).

  Mme Dieterlen vulgarise donc elle-même ses travaux, dans un style qui peut sembler encore un peu sec, mais qu'on oublie devant le fond passionnant.

  L'essai compte deux partie : la première est  l'exposé des fascinantes croyances relatives à la nature humaine et structurant la pensée Dogon : les huit Kikinu, principes vitaux équivalent à peu près à l'âme chrétienne, leur pendant matériel que sont les huit graines cultivée par les dogons et qui logent  dans les omoplate de l'homme, les tabous alimentaires associés, la relation fusionnelle avec la mare familiale où demeurent certains kikinu et le silure indispensable à la conception des enfants...et tout le rituel associé qui structure l'existence du berceau à la tombe.

  La seconde partie concerne le mythe de la création du monde, tout aussi complexe est bien sûr intimement lié au premier, et il ne s'agit plus d'un simple exposé, mais d'une analyse de texte : un chant rituel dogon, Amma boy, decrypté vers par vers, profondeur qui ne peut se comparer qu'à une certaine édition de la Bhagavad Gîta qu'il faudra bien que je lise un jour.

  A noter, que la collection Mythes et légendes de chez Hachette jeunesse avait, dans son volume sur la création du monde, donné une version délicieuse du mythe de création Dogon (situé assez vaguement en Afrique) et notamment de l'arche dans laquelle la vie arrive sur terre avec les ancêtres. Une version certainement trés curieuse pour un spécialiste, mais assez féérique, bref une belle infidéle comme on dit dans le métier de la traduction.

 

  A l'époque où le mythe du bon sauvage prospére chez les despotes médiatiques, mais aussi des mythes plus déplaisants chez une certaine droite, vous comprendrez que je classe l'essai de Dieterlen et le classique d'Hampâté Bâ dans les oeuvres de salut publique. A lire à tout prix avant cinquante ans, c'est plus important qu'une rollex. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kalev - dans Mythes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Kalev
  • Le blog de Kalev
  • : Chroniques de lectures, anciennes ou toutes récentes, avec quelques chroniques de films ici ou là.
  • Contact

Recherche

Liens