Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 15:18

http://www.bdgest.com/critiques/images/couv/MonsieurJean06.jpg 

Le scénario de Monsieur Jean, série BD de Dupuy et Berberian, pourrait en apparance être celui d'un ennuyeux film d'auteur rive gauche, comme le cinéma de Jacques Onion évoqué au détour d'un album : Jean, la trentaine célibataire, est écrivain, vit dans un confortable appartemment parisien, passe son temps au milieu de quelques amis de sa génération et tous cherchent plus ou moins à se caser.

  Mais Monsieur Jean n'est pas une série réaliste chiante, plutôt ce qu'il est convenu d'appeler une BD d'humour. Et en même temps, on ne peut résumer la série à l'humour car son ton est plus volontiers doux-amer que porté sur la gaudriole, et verse plus qu'à son tour dans une forme plus douce de gravité qu'est la poésie.

  En fait, il est très difficile de faire rentrer Monsieur Jean dans une case quelconque, seule reste une certitude : c'est très bon. Les auteurs ne se privent de rien et leur ancrage dans une réalité très quotidienne de la petite bourgeoisie parisienne ne les empêche pas de laisser vagabonder leur imagination dans toutes les direction : humour loufoque et absurde, personnages déliceusement fêlés (l'ami Félix est un prodige) échappées oniriques et fantasmatiques permanentes (la plus belle scène de rêve, qui est aussi la plus longue, vient à mon sens du 6ème album Inventaire avant travaux), intrigues poétiques très souvent liées à la valeur insoupçonnée des objets (thème qui est pour ainsi dire le socle d'un album entier, Vivons heureux sans en avoir l'air).

  Ce délire permament  et rafraichissant est aidé par la liberté des formats : la série commence par trois albums d'histoires courtes dont le fil rouge se resserre, puis enchaine avec trois albums d'une histoire qui sont peut-être le sommet de la série, puis le tome 7 revient  à des histoires plus courtes que jamais (entre 1 et 2 pages), ce qui fait perdre un peu de son impact et de sa richesse à l'univers de la BD, mais réserve encore de belles surprises, avec notamment l'introduction d'un nouveau personnage. Sans oublier l'album hors série, La théorie des gens seuls, long recueil d'histoires courtes insérées entre les albums 3 et 4, et qui ont la praticularité d'être réalisé en monochrome bleu (ce qui au passage efface la  frontière entre réalité et rêve/fantasme).

 

  Au final, l'effet que produit Monsieur Jean  sur le lecteur est très paradoxal : les thèmes sont très souvent grave (difficulté du couple -les histoires de couple étant le plus central- chômage, et même la dépression, abordée avec moins de tabou dans le tome 7 et le hors-série), le ton est doux-amer, et pourtant on sors de cette série de bonne humeur, le sourire aux lèvres. Un peu comme si Larcenet avait réalisé un mix de son Retour à la terre en collabo avec Ferri et de son Combat ordinaire.

 

  Pour ceusse que ça intéresse (ils ne le regretteront pas) et qui veulent s'y retrouver, la liste des albums : 

 

1-L'amour, la concierge

2-Les nuits les plus blanches

3-Les femmes et les enfants d'abord

4-Vivons heureux sans en avoir l'air

5-Comme s'il en pleuvait

6-Inventaire avant travaux

7-Un certain équilibre

HS-La théorie des gens seuls     

Partager cet article

Repost 0
Published by Kalev - dans BD
commenter cet article

commentaires

Brume 03/08/2012 02:23

Aaaah je suis ravie de voir que tu connais cette BD, j'avais découvert ça dans la médiathèque de ma petite ville natale, et j'avais beaucoup aimé ! J'adore les passages où ses pieds lui parlent
dans son bain :)

Présentation

  • : Le blog de Kalev
  • Le blog de Kalev
  • : Chroniques de lectures, anciennes ou toutes récentes, avec quelques chroniques de films ici ou là.
  • Contact

Recherche

Liens