Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 10:36

  Je remonte cette chronique du 7 mars afin de mettre à jour mes informations erronées sur la disponibilité des courts-métrages.

 

 

 

 http://ecx.images-amazon.com/images/I/517TJFZ1VSL._SL500_AA300_.jpg

C'est à une soirée spéciale de l'Hybride, oui encore lui,  que j'ai découvert les court-métrages d'animations du réalisateurs suisse George Schwizgebel. Subjugué par leur beauté, j'ai fini par me laisser tenter par le DVD réunissant l'intégrale de ces films...en 2004 cependant, quand trois films  se sont ajouté depuis. Heureusement il y a Findus, euh, Youtube, qui projette au moins un de ces films, Jeu, en plus d'une grande partie des films du DVD (j'en ai compté 10 sur les 13). Il faudra attendre pour le sublime Romance, réalisé seulement l'année dernière, tandis que le très beau Retouche n'existe sur Youtube qu'à l'état de bande-annonce.

 

  (EDIT : en fait, il n'y a pas que Youtube dans la vie, et il s'avère que ces deux derniers courts-métrages sont disponibles en DVD dans la double anthologie Animations en folie, apr la grâce des éditions des Films du paradoxe qui sont également auteur de la présente intégrale. Retouche est disponible dans le volume 1, Romance dans la suivant).  

 

  Qu'est-ce qui fait leur particularité, aux films de Schwizgebel ? Vous remarquerez que je ne commence pas par ma question traditionnelle  "quoi qu'ça raconte tout ça ?" car il serait difficile d'y apporter une réponse pour le cinéma de Schwizgebel dont une grande partie des films ne racontent pas d'histoires. On est dans ce qu'on pourrait appeller  le cinéma expérimental, à ceci près que beaucoup de films parviennent à raconter une véritable histoire (au point de se permettre d'adapter une fable chinoise dans L'Année du daim, ou la nouvelle fantastique L'Histoire de Peter Schlemhil d'Adelbert von Chamissot dans L'Homme sans ombre) et qu'à minima ils sont capables de véhiculer des émotions propre aux rêves dont il suivent la logique, a contre-courant du film expérimental technique et froid.

 

  Quelle technique, ou quelle magie, restitue si bien l'essence du rêve ? Elle est dans le titre du DVD choisi pour le titre de cet article, mais je me permettrais une apparté en la rapprochant de ce que j'avais déjà pu évoquer dans mon article sur  l'animation russe à propos d'Alexandre Petrov : j'y avais dis comment le réalisateur torunait ses courts en peignant image par image sur des plaques de verre. La métamorphose, surprenante avec ces moyens techniques, est d'ailleurs présente dans les films de Petrov comme dans ceux de Schwizgebel, bien qu'avec bien plus de discrétion, ce qui peut faire songer à une influence du maitre suisse, s'il n'y pas là que coïncidence d'inspiration.

  Chez Schwizgebel, si je n'ai pas constaté l'usage de plaque de verre, il s'agit toujours de peinture image par image, et la métamorphose, qui m'avait déjà surpris chez Petrov, y est omniprésente. Celles-ci lient les scènes entre elles de façon à faire du film un unique plan-séquence, comme le rêve le réalisateur. Leur imprévisibilité et leur fluidité concourt à leur impression de rêve éveillé, en plus de la beauté des tableaux d'inspiration fauve / expressioniste, et du rôle capital de la musique, essentiellement la musique classique qui, à la différence des BO expérimentale plus fonctionnelle de certains courts, est volontiers à l'origine du film même, l'image illustrant la musique et non l'inverse.

 

  Plutôt qu'on long discours, démonstration avec ce qui est peut-être le plus beau court-métrage du réalisateur, L'Homme sans ombre cité plus haut. Le titre Youtube est anglais, mais le film est de toute façon muet : 

 

 

 

 

 


  Et je ne résiste pas au plaisir d'ajouter à ma sélection deux courts moins narratifs :


 

 

 


 

 

 

 

     

Partager cet article

Repost 0
Published by Kalev - dans Animation
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Kalev
  • Le blog de Kalev
  • : Chroniques de lectures, anciennes ou toutes récentes, avec quelques chroniques de films ici ou là.
  • Contact

Recherche

Liens