Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 18:41

http://www.actusf.com/spip/IMG/jpg/Les_Mers_perdues.jpg 

J'avais déjà parlé il ya peu de cette oeuvre atypique qu'est Le Cycle des contrées de Jacques Abeille et j'y avais déjà évoqué cette séquelle inattendue qu'est l'album Les Mers perdues. Néanmoins, plutôt qu'un edit comme je l'avait fait pour les livres périphériques du cycle, il me semble mieux convenir de faire un article à part, ne serait-ce que parce que Les mers perdues n'est pas seulement l'oeuvre d'Abeille, mais celle de François Schuiten, immense créateur d'univers de la BD franco-belge.

 

  Les Mers perdues, donc, relate une expédition curieuse envoyée par le caprice d'un milliardaire, comptant un guide au passé d'aventurier reduit à chasser le pigeon, une charmante géologue, un dessinateur (curieuse énigme que le récit se doit de résoudre : pourquoi pas un photographe ?) et le narrateur, un écrivain plus ou moins raté dont le récit consiste en lettres écrits à un ami tout le long du parcours. Cette petite troupe est guidée par les Hulains, peuple primitif trés intriguant en ce que de porteurs aux allures d'icônes coloniales ils évoluent habilement en personnages centraux du récit et du mystére qui le sous-tend (préoccupations ethnologique d'Abeille again).

  Au fait, ces Mers Perdues, dont les Hulains sont en quelque sorte les gardiens du secret, qu'est-ce donc ? Une contrée légendaire où se dressent encore les ruines d'une civilisation dont la technologie fut avancée, mais qui fut ruinée par..les ancêtres des statues cultivées dans les jardins statuaires. Idée de genèse audacieuse de la part d'Abeille, trés différente de l'ébauche esquissée dans Les carnets de l'explorateurs perdus (voir la chronique du cycle ci-dessus).

 

  Et donc, celui qui donne vie à ces Mers Perdues, c'est Schuiten, à travers ses esquisses et dessins présentées, comme vous l'aurez peut-être deviné, comme le travail du dessinateur de l'expédition. Sur les illustrations, rien à redire, c'est du grands Schuiten, non seulement parfait plastiquement mais onirique à souhait. J'ai  cependant lu le reproche (dans une chronique à laquelle je renverrai en fin de billet, conformément à mon habitude) que la présence de dessin en deux versions, crayonnés en petit, et en grand format en couleur, donnait une impression de remplissage des pages. C'est souvent vrai, mais pas toujours, les versions étant parfois subtilement complémentaires comme celles de la montagne en forme d'ours.

 

  Voilà un album pour adulte que je recommande même à ceux qui n'ont pas lu les précédents livres de Jacques Abeille.

 

  Maintenant, la voix d'Actusf : link

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kalev - dans Albums
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Kalev
  • Le blog de Kalev
  • : Chroniques de lectures, anciennes ou toutes récentes, avec quelques chroniques de films ici ou là.
  • Contact

Recherche

Liens