Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 16:41

 http://ecx.images-amazon.com/images/I/51DKVHJKSYL._SX385_.jpg J'avais déjà parlé de Guillaume Lecasble dans les tous premier temps du blog avec la chronique de la très étrange novella  Lobster. Je vais ici aborder un aspect entièrement différent de son oeuvre, bien qu'il y ait une certaine continuité de style, avec deux petits livres dont le public-cible goûterait sans doute mal, et leurs parents encore moins, la bizarrerie bien trashos de Lobster. Et pour cause, il s'agit tout simplement, pour autant que ce classement soit pertinent, d'albums pour enfant.

 

 Je pense qu'une parenthèse 3615 mylife s'impose. Vous aurez peut-être remarqué qu'il existe une rubrique "albums" sur ce blog. Jusqu'ici, elle a peu servi à...peu servi, déjà, et surtout peu servi à chroniquer de véritables albums pour enfants dans l'acceptation la plus commune du terme. Et pourtant, l'ouverture de cette section me semblait obligatoire en regard de mon goût pour ce genre de réalisations, l'un des goûts les plus étranges qui rentrent dans mon champs culturel (mais c'est relatif, j'ai l'impression que je ne m'intéresse plus ou moins qu'à des choses étranges).

  C'est paradoxalement dans les études supérieures, à l'occasion d'un cours sur la litté jeunesse dans un parcours documentation réservé aux étudiants de troisième année, et centré sur l'album, que j'ai réalisé l'intérêt de cette forme littéraire et artistique, pas seulement  pour la régression (ce qui entre quand même un peu en ligne de compte chez moi, davantage encore à l'époque que maintenant) mais pour le plaisir esthétique et même cognitif d'un adulte normalement constitué.

 Tiens-toi droite ! de Guillaume Lecasble, deuxième volet du dyptique dont il sera question dans cet article, a déjà été chroniqué par votre serviteur dans le cadre d'un travail universitaire relatif à ce cours et dont je n'arrive hélas pas à retrouver la trace sur la toile, d'autant moins qèue le site Lille-III-jeunesse semble être en rade (pas que je sois narcissique en ce qui me concerne mes vieux dossiers, mais ça m'aurait fait plaisir de retrouver et me remémorer ce délassant petit travail). Et si je ne me souviens plus en détail de ce que j'en disais, il en ressortait que, comme bien d'autres albums, celui-ci ne semblait pas s'adresser en priorité aux enfants, mais qu'il constituait le pont idéal pour leur faire découvrire des oeuvres ambitieuses et tout simplement les faire grandir...et par ses qualités littéraires (oui oui) et plastiques, il est tout à fait lisible par des adultes sans leur donner le moins du monde l'impression de régresser.

 

  http://ecx.images-amazon.com/images/I/4161ZF7P9NL._SX385_.jpg"Le Cycle de Bonhomme et Bonnefemme" titre artificiel forgé par moi-même pour plus de commodité, rassemble deux albums parus chez Seuil jeunesse, aujourd'hui ,épuisés mais aisément trouvables d'occasion : Le Jour ou Bonhomme a recontré la pluie (1999), celui que je viens de découvrir, et donc Tiens-toi droite ! (2001), que j'ai relu dans la foulée (Et non, il ne s'agit pas d'un épisode de Strip-Tease)(Pardon). Deux albums très symétriques par le style, je ne parle pas seulement de l'écriture élégante (et qui tranche avec les phrases ultra-courtes et même hachées de Lobster, que je ne suis plus sûr d'autant apprécier en cas de relecture), mais des dessins (Ou plutôt peintures ? Car Lecasble est peintre) et même de la mise en page. Même format à l'italienne, même  personnages réduits à des ombres (dont ceux récurrents de Bonhomme et Bonnefemme), même dominante de couleur chaudes dans des décors idéalisés, même alternance images/textes sur fond noir...et par-dessus tous ces traits particuliers, on ne manquera pas de voir planer l'ombre du surréalisme.

  Mais le caractère étonnant de ce dyptique, tel que je l'ai réalisé en découvrant le premier tome, est que les deux histoires mettant en scène les deux personnages, Bonhomme et Bonnefemme, dans une continuité de style qui fait penser à une série suivie, n'ont strictement rien à voir entre elles, les deux héros eux-mêmes se montrant malléable dans leur histoire et leur personnalité, tout comme rien de les distingue physiquement des figurants qui les entourent, à se demander s'il s'agit vraiment des même personnages.

  Le Jour ou Bonhomme a rencontré la pluie est un authentique conte merveilleux, où une sécheresse menace la terre entière, où l'on parle aux nuages, où Bonhomme et Bonnefemme  vivent aux deux extremités du monde et où le premier doit séduire la seconde en faisant germer ses graines, nonobstant la cruauté intolérante des hommes promptes à se trouver un bouc émissaire.

  Dans Tiens-toi droite ! les deux héros, amis inséparables -rien ne laisse à penser qu'ils soient davantage- vivent dans le monde contemporain, et même s'ils n'ont pas l'air d'être des enfants -Bonnefemme a bien une silhouette d'adulte- ils en sont à apprendre à écrire. Mais Bonhomme préfére s'amuser, tandis qu'au contraire la studieuse Bonnefemme se tient perpétuellement voûté et a besoin d'apprendre le jeu...belle symbolique qui unit le plaisir et l'apprentissage comme les deux faces d'une même pièce. Et qui en même temps reste à l'état d'idéal, car Bonhomme s'en sort beaucoup moins bien dans la vie que Bonnefemme (doux euphémisme). La fin de l'album est douce-amère au possible et tutoie des cimes poétiques indescriptibles. C'est qu'en sortant -peut-être pas totalement, certes- de l'univers abstrait du conte, la poésie de ce dyptique a atteint une profondeur toute nouvelle dans ce deuxième épisode.

 

  Même adulte, ne vous privez pas de cette oeuvre merveilleuse qui transcende largement son public-cible, et qui avec le tout différent Lobster donne un large aperçu de la palette de talent de ce véritable poète méconnu qu'est Guillaume Lecasble

Partager cet article

Repost 0
Published by Kalev - dans Albums
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Kalev
  • Le blog de Kalev
  • : Chroniques de lectures, anciennes ou toutes récentes, avec quelques chroniques de films ici ou là.
  • Contact

Recherche

Liens