Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 19:41

 http://www.actusf.com/spip/IMG/jpg/Dr_Lao.jpg

Petit livre singulier à côté duquel je serais passé sans la série régulière de chroniques "Les trouvailles de l'archivistes", tenue pas Fred Combo sur Actusf (hop).

 

  Charles Finney, auteur américain, a été militaire basé en Chine, expérience qui joue son rôle dans le livre dont il est question. Son oeuvre est peu nombreuse : sept roman dont un seul, précisment Le Cirque du Docteur Lao, a été traduit en français. Et encore fut-ce pour ne plus être édité, d'où sa présence dans la chronique régulière susmentionnée (ceci dit, une quinzaine d'exemplaires  pour la plupart à moins d'un euro sur Amazon, ce n'est pas une chance donnée à toutes les raretés).

 

  Le Cirque du Dr Lao parle, comme vous l'aurez deviné, d'un cirque, tenu par un mystérieux chinois, arrivant dans une petite ville d'Arizona. Si ce cirque parait dés l'abord un peu piteux avec ses trois roulottes, il n'en propose pas moins la plus extraordinaire collection du monde : pas de tigres ni d'éléphants, mais une ménagerie de créatures mythologiques, auxquels s'ajoutent des créations plus originales  comme le chien d'herbe (encore que j'ignore si celui-ci vient d'un folklore donné) ou le plus mystérieux, un être indéterminé en lequel certains voient un ours et d'autres un homme, peut-être un Russe.

 

  On voit que la fantasie est au rendez-vous, mais en contrepartie il ne faut surtout pas s'attendre à une intrigue béton. Le roman, de ses 150 pages tout mouillé, se présente comme une série de saynètes dont il s'agit de se laisser porter par l'ambiance qu'elles dégagent.

  Et même si je confesse que la magie a apparemment moins opéré sur moi que sur Fred Combo, il faut avouer que ces sketches exhalent un parfum de poésie entêtant qui n'est pas sans rappeler Ray Bradbury en plus drôlatique (le thème lui-même fait aussitôt songer à La Foire des ténèbre, classique qu'à ma grande honte je n'ai pas encore fait descendre de ma pile de livres).

  Si l'humour, plus ou moins discret, est toujours présent, la gravité aussi, les recontres des habitants de la ville avec les créatures prenant souvent  l'allure d'apologues énigmatiques qui, comme par hasard, respirent la philosphie chinoise.

 

  Bref, une curiosité au charme original, qui mérite le coup d'oeil.      

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Kalev
  • Le blog de Kalev
  • : Chroniques de lectures, anciennes ou toutes récentes, avec quelques chroniques de films ici ou là.
  • Contact

Recherche

Liens