Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 20:45

Après les florilèges BD il y a quelques années (hop et hop), voici un florilège de romans pour la jeunesse, des emprunts de bibliothèque dont j'avais évoqué certains sur la page fesse-bouc du blaugue, et qui par un étrange hasard, histoire de ne surtout pas paraître monomaniaque, sont tous parus chez Folio Junior, ma collection préférées quand je lisais mes premiers romans, et c'est d'ailleurs la relecture nostalgico-pouet-pouet de certains d'entre eux depuis environ deux mois qui a lançé ce cycle de lecture.

 

  Je vais entamer ce florilège par deux cycles de lectures de deux auteurs, entamé chacun sur une relecture.

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51KHCyFWDDL._.jpgDick King -Smith

 

  Dick King-Smith, c'est l'auteur de Babe, et j'ai relu début mai As de Trèfle, sorte de séquelle de précédent racontant l'histoire de l'arrière-petit-fils du cochon de berger, lui-même un cochon devant son nom à la tache en forme d'as de trèfle sur son flanc, et comprenant le language des hommes, ce qui lui vaudra la célébrité. Si j'ai pris un grand plaisir à relire ce livre, c'est surtout par nostalgie, parce qu'il est plutôt gentillet et anecdotique, dépourvu d'enjeux.

  Babe, que j'ai lu pour la première fois suite à cette relecture, c'est un peu la même chose, et cette fois-ci la nostalgie ne marche plus guère, étant donné que je n'ai jamais lu ce court roman et ai seulement vu le film dont, il faut le dire, je gardais de vagues souvenirs. Du coup, je commençais à me résigner à ce que Dick King-Smith soit un auteur qui m'ennuie, et ce n'est même pas faute d'aimer les livres pour enfant.

  Et puis il ya eu Sauterelle pour me reconcilier avec cet auteur. Un livre qui n'a pas beaucoup plus d'enjeux que les précédents, si ce n'est qu'il se passe en partie dans le contexte troublée de la Seconde Guerre Mondiale, mais ce livre raconte l'histoire d'un handicapé mental, et par là il gagne une grande force d'émotion.

 

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51LcuaV-3GL._.jpgClaude Roy

 

  Ma relecture de Claude Roy, ce fut La Maison qui s'envole, dont la plaisir n'est cette fois pas du à la seule nostalgie, car j'avais oublié à quel point ce roman, court encore une fois, est merveilleux et poétique, rempli d'inventions pataphysiques réjouissantes. 

  En nouvelle lecture, Le Chat qui parlait malgré lui est beaucouo plus sage, autour d'un thème convenu (contenu dans le titre) mais il est traité avec assez de fantaisie (le chat parle parfois en vers sans le vouloir, lui et son jeune maître essaye de faire croire que ce dernier est ventriloque afin de protéger l'anonymat du matou) pour le renouveller.

 

  Après les livres groupés par auteur, quelques autres livres isolés :

 

L'Appel du fond des temps, de Grégoire Horveno

 

Drôle d'histoire que la mienne avec ce livre, si vous me pardonnez d'avance cette paranthèse 3615 mylife. En  effet, il m'a assez intrigué à l'âge de 14 ans pour que sa toute récente lecture me procure autant de nostalgie que si je l'avais vraiment lu, tellement intrigué que j'avais pris ma lecture de La Nuit des temps de Barjavel (on ne rit pas) comme un substitut de celle de ce roman, et pourtant, sans que je puisse m'expliquer pourquoi, je n'ai jamais eu l'occasion de le lire jusqu'à présent.

  Cette histoire d'expédition scientifique partant de 2073 dans une lointaine préhistoire à la recontre d'une civilisation disparue contemporaine des derniers dinosaures, à quelques chose d'un peu naïve. Mais je trouve très rafraichichissant ce que d'autres lecteurs trouverait ringard, le traitement de thématiques presque anachroniques en 1997, autour des civilisations disparues que guère d'auteurs de science-fiction, pour adultes mais peut-être pas seulement, ne défendrais aujourd'hui. L'Appel du fond des temps est surtout idéal pour faire découvrir la science-fiction aux plus jeunes, et il est peut-être, de tous les livres dont il sera question dans ce billet, celui qui supporte le moins la lecture / relecture à l'âge adulte. Mais il comporte de belles idées, par exemple dans la description de la civilisation humanosaure, mais aussi l'idée d'un Etat africain assez puissant et avancé scientifiquement pour lancer l'expédtion temporelle.

 

 http://ecx.images-amazon.com/images/I/51BEMTNCNFL._.jpg L'Histoire de Monsieur Sommer, de Patrick Süskind et Sempé

 

  L'auteur du Parfum s'inspire de son enfance, comme il le dit lui-même dans la petite interview placée à la fin du livre, pour nous livrer un récit d'enfance hanté par la figure de Monsieur Sommer, vieil homme qu'on voit sans cesse en train de marcher.  C'est un peu décousu  -l'histoire de Monsieur Sommer, on s'en doute, n'est qu'un prétexte- on compte deux ou trois digressions censées être drôles mais plutôt pénibles, mais dans l'ensemble il s'agit d'une très chouette tranche de vie débordant d'un humour délicieux, sans empêcher que la fin soit douce-amère.

  Et bien entendu, les illustrations de Sempé sont sublimes et méritent à elles seules le détour, surtout qu'elles sont en couleurs et laissent la part belle aux décors naturels dans lesquels le talent de Sempé trouve un sujet à sa démesure.

 

  Un chien à New York, de Tor Seidler

 

J'avais déjà lu minot Le Rat Montagu du même auteur, mais celui-lui je ne l'ai pas -encore ?- relu. Un chien à New York et l'un de ses derniers livres (2008, trop récent pour que je l'ait lu minot donc). L'histoire d'un chien de bourgeois qui, son illustre professeur de maître se mettant en ménage avec une française allergique au poil de chien, se retrouve adopté par une famille populaire du Queens. On juge du potentiel comique de ce choc des cultures, avec un peu de satire sociale comme il faut, mais sans méchanceté.

Partager cet article

Repost 0
Published by Kalev - dans Autres livres
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Kalev
  • Le blog de Kalev
  • : Chroniques de lectures, anciennes ou toutes récentes, avec quelques chroniques de films ici ou là.
  • Contact

Recherche

Liens