Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 21:20

http://ecx.images-amazon.com/images/I/517Vz6oZ3GL._.jpgAprès avoir lu une quinzaine de romans de science-fiction écrits par Laurent Genefort (hop, hop, hop et hop), après avoir constaté avec quelle rare maestria le monsieur conjuguait intelligence du propos et souffle d'aventure chatoyante (souffle qui est également prégnant dans Omale, ce qui bizarrement n'était pas trop ressorti dans ma chronique du cycle -quatrième lien ci-dessus- chronique qui me laisse maintenant perplexe), j'étais curieux de voir ce que cela donnerait avec sa fantasy, genre dont habituellement je raffole bien moins que de la SF et avec lequel je suis volontiers exigeant. Je me souviendrais probablement de la trilogie des Hordes, dont l'intégrale est paru il ya deux ans chez Bragelonne, comme du cycle qui m'aura réconcilié avec la fantasy épique.

 

  Ce n'est pas forçément l'intrigue qui fait l'originalité de cette trilogie. Il s'agit ici d'une guerre menée par les mercenaires de Horde du Seprent dirigée par le capitaine Audric, ainsi que leurs alliés, pour...sauver le monde bien sûr. Il y a une quête, certes non pas d'un objet magique mais d'une personne aux pouvoirs magiques (une Augure surpuissantes capable de voir tous les avenirs et qui s'avérera très dangereuse). Il ya un conquérant tyrannique, et des démons prêts à envahir le monde. Bien sûr, on est pas dans la fantasy bon teint, sans être dans la dark fantasy l'univers est le plus craspec que j'ai découvert sous la plume de l'auteur, les gentils ont des côtés sombres qui évitrent le bête manichéisme, on relève une certaine tendance à prendre à contre-pied les clichés (notamment avec le jeune Marween qu'on imagine à la base être l'Elu bon teint et qui deviendra la pire crapule de la trilogie -il n'y a d'ailleurs aucun Elu). Néanmoins ce n'est pas dans l'intrigue que le romans se montre surprenant, mais bien dans l'univers...et quel univers !

  Je me doutais bien que l'inspiration science-fictive de l'auteur rejaillirait sur sa fantasy. Ce n'est pas seulement lié aux machines qui ont une allure vaguement rétrofutur, mais surtout au fabuleux bestiaire des romans. Si la base de l'univers ressemble, comme dans la majeure partie de la fantasy, à l'Europe médievale, la faune la flore, les créatures démoniaques, les espèce de mutants de labo appelés Rakinn, tout cela rappelle davantage un space op' ou, pour rester dans une référence fantasy, le splendide Dark Crystal de JIm Henson, qu'une tolkieniaiserie  classique tirant sans inspiration ses créatures de mythologies traditonnelles balisées. Cette inventivité délirante, guére surprenante chez Genefort, n'en est pas moins une grande bouffée de fraicheur  dans l'invasion des elfes, nains et autres dragons (même s'il ya des dragons dans l'univers de Hordes, mais ils sont éteints depuis des siècles).

  Cela donne une prodigieuse épopée pleine d'aventure et de bataille, d'autant plus enthousiasmante que l'auteur a le bon goût de faire plutôt court : 750 pages lui suffisent pour toute une trilogie là où d'autres auteurs en ont besoin de plusieurs milliers. Une lecture hautement recommandable, donc, que je recommande d'essayer même si est pas forcément attiré la fantays épique. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kalev - dans SFFF
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Kalev
  • Le blog de Kalev
  • : Chroniques de lectures, anciennes ou toutes récentes, avec quelques chroniques de films ici ou là.
  • Contact

Recherche

Liens