Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 14:25

  J'ignorais tout de Panaït Istrati, auteur un peu oublié aujourd'hui, jusqu'à ce que j'assiste à une conférence, ou pour être précis à une rencontre avec Jacques Baujard autour de son livre Panaït Istrati, l'amitié vagabonde, qui s'avérait une discussion passionnante, même pour quelqu'un qui comme moi n'avait pas lu cette biographie et n'était paradoxalement pas forcément tenté de le faire, n'étant pas fan de biographies (mais bon, quand même, pourquoi pas, un jour). Au lieu de cela, je me suis attaqué directement à l'oeuvre du bonhomme, avec un de ses courts romans, Les Chardons du Baragan, comme lecture de vacances (il y a quelques chose comme la bagatelle de trois mois, très peu de temps après la dernière chronique de ce blog, c'est fou ce que je suis à jour encore une fois). 

Mais au fait, qui est Panaït Istrati ? Personnage fascinant que cet écrivain roumain d'expression française, né en 1884 dans un milieu extrêmement pauvre et entièrement autodidacte, ayant passé sa jeunesse à voyager (et à nouer de belles amitiés, pivot de l'essai de Baujard, comme son titre l'indique). Adulé par l'intelligentsia progressiste française des années 20, notamment pour son cycle des aventures d'Adrien Zograffi, il sera traîné dans la boue après avoir fait partie, avec Victor Serge et Boris Souvarine, dans leur livre commun Vers l'autre flamme, des tous premiers intellectuels à dénoncer les réalités du régime soviétiques. D'où un oubli quasi complet de son oeuvre après sa mort, assez jeune, en 1935, jusqu'aux années 60 en France et jusqu'à la fin du régime communiste en roumanie.

Les Chardons du Baragan, paru en 1924, est un très court roman, presque une nouvelle, pas plus de 140 pages, mais il s'avère très dense, sans être pour autant indigeste (encore que certains choix stylistiques...mais j'y reviendrais). Il raconte l'errance à travers la roumanie du narrateur, un môme d'une quinzaine d'année, et de son père, jeté sur les routes par la misère, contraint de quitter leur épouse et mère qu'ils ne reverront jamais. A travers les yeux du narrateur, et sans misérabilisme aucun malgré un thème qui s'y prête, nous découvrons le petit peuple de Roumanie. Pas de misérabilisme, pas seulement car la plume est pudique (la brièveté du roman empêche éventuellement les épanchements larmoyants), mais aussi car il s'agit de rendre leur dignité aux petites gens, et de construire une épopée qui n'a pas besoin de héros convenus, mais dont le seul héros est le petit peuple. Car c'est bien de raconter une révolte qu'il s'agit, les événements qui menèrent à la grande jacquerie paysanne de 1907, et, on s'en doute, à la tragédie de sa répression. 

  La quatrième de couverture dit que le roman allié "lyrisme et réalisme", ce qui est on ne peut plus vrai. Le lyrisme est présent moins dans les histoires de la jacquerie (pas de discours pompeux à craindre, le lyrisme est plus subtil)  que dans le cadre naturel du Baragan, la chaîne de montagne désolée où ne poussent que des chardons qu'emporte le vent. Pas besoin de lourdes descriptions : quelques paragraphes disséminés dans tout le roman suffisent à Istrati à planter un décor grandiose.

  Très beau récit, qui emporte le coeur ; reste la question du style. On ne peut pas dire qu'Istrati écrive mal, très loin de là ; sa plume est plutôt élégante. Mais il use et abuse d'un artifice qui rend la lecture malaisée : la surabondance de termes roumains, dont certains sont traduits en notes, mais dont la plupart ne sont pas traduits. Il y a une forme d'exotisme désuet derrière cet artifice, à l'époque où il s'agissait de faire découvrir la culture roumaine  au reste de l'Europe, et aujourd'hui on en retient surtout une lecture rugueuse.

Un roman qui accuse donc son grand âge, mais qui n'en demeure pas moins un très beau roman, où le souffle époque et lyrique est au service d'un bouleversant message humaniste.       

Partager cet article

Repost 0
Published by Kalev - dans Autres livres

Présentation

  • : Le blog de Kalev
  • Le blog de Kalev
  • : Chroniques de lectures, anciennes ou toutes récentes, avec quelques chroniques de films ici ou là.
  • Contact

Recherche

Liens