Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 19:45
Abime du Rêve, de Francis Berthelot

Depuis le temps que je l'attendais celui-là ! Abime du Rêve le dernier tome du merveilleux cycle de Francis Berthelot, le Rêve du Démiurge, est enfin sorti le mois dernier, plus de quatre ans après le précédent. Par la même occasion, un bonheur n'arrivant jamais seul, l'ensemble du cycle est en cours de réédition en trois tomes d'intégrale en coédition entre le Bélial et Dystopia, également éditeur de cet Abîme du Rêve, sorti dans un tome séparé en même temps que le premier tome d'intégrale afin de ne pas frustrer les fans fidèles qui comme moi ont réussi à suivre la série malgré son parcours éditorial chaotique. Après un tel chemin de croix, ce merveilleux cycle va enfin pouvoir trouver le lectorat qu'il mérite !

Pour mémoire, j'avais passé en revue les sept premiers romans du cycle dans mon long article sur l'auteur, et chroniqué depuis l'avant dernier, Carnaval sans Roi.

Ceux qui sont un tout petit peu au courant de la vie privée de l'auteur et de ses difficultés savent que ce roman été accouché dans la douleur. J'ai même vu celui-ci qualifier sur les réseaux sociaux le manuscrit sur lequel il travaillait de "pensum", ce qui pouvait faire peur. Eh bien, aussi objectif que je puisse être avec l'un des grands dieux de mon panthéon littéraire, il n'y avait guère de crainte à avoir !

Comme l'annonçait l'auteur depuis quelques années, l'intrigue du Rêve du Démiurge lui-même est finie depuis l'avant-denier roman, Carnaval sans Roi, et le neuvième et dernier roman, Abime du Rêve montre les personnages du cycle qui viennent visiter l'auteur (abime, mis en abyme, vous me suivez ?). Pas vraiment Francis Berthelot, mais son double de fiction, Ferenc Bohr, auteur d'un cycle renommé Le Rêve arborescent et dont les titres de romans sont également un peu différents. Le sort du Rêve arborescent est un peu différente de celle de notre Rêve du Démiurge : il n'a pas connu une histoire éditoriale aussi chaotique puisque les huit romans parus au moment au débute l'intrigue, en 2006, l'ont été chez un seul éditeur, Luminaire. Mais le rachat de cette dernière maison, sa mise sous tutelle de businessmen butés met en péril l'avenir du cycle. C'est sur ce contexte que vont jouer les créatures de Ferenc Bohr, qui ont trouvé le moyen, grâce au pouvoir du génie du théâtre Mélusath et de son pendant, la maléfique Bran Hadès, de sortir des Limbes de la Fiction pour visiter notre monde. D'un côté, les "méchants", des personnages que Ferenc Bohr a dépeint comme des dictateurs (Fercaël, Bran Hadès et tous leurs sbires respectifs) et qui brûlent de se venger de ces "calomnies", veulent à tout prix faire disparaître cet univers et ont tout intérêt à ce que le cycle soit envoyé au pilon, outre que cela les vengera en poussant le fragile Ferenc Bohr au suicide. De l'autre, les alliés de Ferenc Bohr. Ils joueront sur le procès que deviennent littéralement les tractations autour du cycle chez l'éditeur, ou Lionel Herqueur, directeur de la collection Aporia, direction d'imaginaire qui publie le cycle, est l'avocat, la nouvelle directrice littéraire, Marie-Eve le Régent, est procureur et le nouveau directeur, le détestable Séverin Carmelecq, est juge. Mais les être de fictions ont également bien d'autres façon d'agir dans le monde réel, particulièrement les méchants, qui sont capable de tuer. C'est là que l'intrigue de Francis Berthelot se montre très inventive et fourmille d'excellentes idées comme les "réalasers" ou l'intoxication aux lettres.

C'est un plaisir de retrouver ce mélange ovniesque de roman populaire plein d'humour, d'un "merveilleux noir" moins pop car influencé par le surréalisme, et des plus audacieuses expérimentions formelles. Entre la légèreté pop et l'expérimentation, Francis Berthelot ne choisit pas. Au titre des trouvailles formelles, ont retrouve la structure du roman à l'image d'une symphonie qui travers tout le cycle, ainsi que les passages théâtraux qu'on trouvait déjà dans Le Petit Cabaret des Morts (ou plutôt devrait-on dire Le Castelet des spectres, du titre de sa mis en abyme dans ce roman-ci ?) et qu'on aurait du trouver dès le premier roman, L'ombre d'un reitre, pardon, L'ombre d'un soldat (dites, les gensses qu'ont lu le premier tome d'intégrale, est-ce qu'on y trouve ces passages théâtraux ?). Ces derniers passages, qui occupent un chapitre sur trois, au didascalies pas du tout théâtrales dans leur luxuriance, mettent en scène ce qui se trame dans les Limbes de la Fiction, tandis que les deux autres chapitres racontent les aventures de Ferenc Bohr, alternativement à la première net à la troisième personne, ce qui demande un temps d'accoutumance mais s'avère du plus bel effet. On retrouve l'excellence de l'auteur pour l'art pourtant difficile du jeu de mot, à travers les tirades alcoolisées de Tom-Boulon (très bonne idée de tirer ce personnage de la tombe !) ou les phrases en écriture automatiques très bien intégrées dans l'intrigue selon un procédé dont je vous laisse la surprise mais qui rappelle de précédentes heures de gloire dans le cycle. Et de manière générale, l'auteur a toujours autant le sens de la formule. Le très douloureux climax final compte sans doute parmi les plus belles pages du cycle.

Ce roman-ci, s'il est un peu moins fou que d'autres du Rêve du Démiurge au niveau de l'imaginaire, est en revanche l'un des plus profonds, de par sa réflexion sur l'Art et son éloge de l'imaginaire face à l'obsession du réalisme plan-plan. En cela, il est parfait pour conclure ce cycle où le place de l'Art est centrale, surtout depuis Mélusath (ce n'est pas pour rien que le génie du théâtre, qui donne son titre à ce dernier roman, est central dans celui-ci)

Abime du Rêve n'est peut-être pas mon roman préféré du cycle (j'aurai tendance à lui préfèrer des romans comme Hadès Palace, Carnaval sans Roi ou Nuit de colère), mais c'est assurément une belle fin à cette belle série.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Kalev
  • Le blog de Kalev
  • : Chroniques de lectures, anciennes ou toutes récentes, avec quelques chroniques de films ici ou là.
  • Contact

Recherche

Liens